PLAYLIST


CHANSONS ET TEXTES

LA GUERRE POUR L'AMOUR DE L'HUMANITÉ

Paroles et musique MONSIEUR K

Tu te souviens gamin en 2020, tu te rappelles pas ?

ah si ! tu te souviens bien.

Plus d’école, plus de sorties plus de copains.

Fallait même mettre des gants juste pour acheter un morceau d’pain.

J’te disais lave toi les mains,

tu m’demandais « papa est ce qu’on va pouvoir sortir demain ».

J’te disais non,

sans te parler des morts qu’on annonçait à la télé et en te disant 

Tu sais mon fils, j’suis pas devin

mais c’confinement il n’est pas vain…

 

Et depuis le temps a passé..

tu as grandi moi j’ai vieilli.

et j’espère que tu es fier de moi d’avoir lutté contre le diable à mes risques et périls car ça valait vraiment le coup.

Je t’avais dit qu’le monde des grands n’était pas sain.

Qu’il y a des gentils, qu’il y a des vilains.

mais qu’papa s’rait toujours dans le camp de ceux qu’on ne peut pas traiter d’assassins et ça c’est sûr,

j’aime trop la vie pour être coupable de ses blessures.

 

Alors il a fallu livrer un combat que beaucoup disaient impossible : 

l’argent contre l’humain.

Et tu sais bien que sans argent on ne vit pas, ça sent l’vécu hein ?

mais que sans humains y a pas d’argent.

Les dirigeants des grands pays se sont plantés sur toutes ces vies, sur toutes nos vies.

Hélas c’était trop tard, pour se dédouaner ils nous parlaient d’économie

comme si nos vies étaient en soldes.

j’dirais plutôt qu’ils pensaient qu’nos vies n’avaient qu’un but être à leur solde.

 

Mais le courage vient du coeur mon enfant

car quand on a la flamme j’te jure qu’elle est sans faille

et qu’on la garde dans l’sang.

C’est pas l’argent qui fera de toi un homme bien.

ce seront tes actes, certains sont plein aux as et ne valent rien.

Regarde, ces petites mamans, femmes infirmières,

qui on prit des risques sans masques à cause d’un système rendu infirme hier.

On a perdu des gens qu’on aimait, qu’on connaissait bien ou à peine, 

partis sans un mot, couchés sur le ventre, sans un dernier je t’aime.

Alors le monde s’est réveillé, assommé par les décisions basées sur le profit prisent au sommet.

Des gens simples, des gens aisés, des insoumis, des oubliés.

Ceux qui risquaient leur vie en essayant d’pas y penser.

Des soignantes, des soignants, des caissières et des caissiers.

Des mamans, des papas, des grands mères et des pépés.

Conducteurs de bus, routiers, policiers, militaires, pompiers sont déployés

pour faire tourner un monde qui n’tournait pas rond depuis des années.

 

Il fallait qu’ce monde change et qu’on combatte la vanité

Alors on a lancé cette offensive La guerre pour l’amour de l’humanité.

Au début on était peu mais on avait la force du coeur et le courage de nos idées.

Et comme Martin Luther même s’il fallait crever,

comme les black panther on était tous unis, déterminés.

L’union fait la force et ceux là haut le savaient bien,

diviser pour mieux régner c’était fini car toutes nos vies le valaient bien.


Tu vois mon fils se battre pour ses convictions

ce n’est pas un droit c’est un devoir

beaucoup plus fort que leurs parodies d’élections.

C’qui compte ce ne sont pas leurs paroles en l’air ni leurs mensonges mais leurs actions.

C’est sur ce fait que j’mets l’accent.

 

J’étais un homme parmi les autres mais sans les autres je n’étais rien.

Un électron mais sans atome et une vie d’chien.

Courir après le temps qui n’est pas extensible.

Pendant c’temps là nos vies d’en bas étaient leurs cibles.

Nous faisant croire qu’ils étaient là pour nous

Mais dans leurs sphères ils faisaient du sale comme du porno.

Politiciens, polichinels, politichiens,

pas de vision du monde réel ni de celui de demain.

 

Alors on s’est mis au p’tits soins,

une poignée d’femmes et d’hommes se sont pris par la main.

Le premier jour on était peu, la peur en cause mais l’jours d’après on était plein.

Le paradis n’est pas dans le ciel c’est notre monde, il est a porté de main.

 

Fallait le reconstruire pas tout détruire l’améliorer et pas s’enfuir.

Moi j’voulais juste un monde meilleur pour toi, ton frère ta soeur, la famille les amis.

 Ma vie n’avait de valeur qu’au travers vous et qu’au travers d’la vie

Fallait que je sois c’bon père courageux et vaillant

comme tous ces papas ces mamans, chômage forcé ou travaillant.

Sorti du confinement il fallait juste qu’on ré-apprenne à vivre ensemble

et à s’aimer tous autrement.

 

Plus d’gauche, plus d’droite, plus de parias.

Plus d’amour, plus de vie, plus d’égalité, moins de vanité.

On a gagné cette putain d’guerre d’amour pour toute l’humanité.

 

Beaucoup pensaient que c’était une utopie

Qu’il ne fallait rien changer, ne pas tracer une autre piste.

Ils pensaient pouvoir mettre au calme leurs enfants,

mais dans un monde qui pleure à la fin on ne récolte que le sang.

 

Alors voilà mon fils cette lettre posthume.

Même si ici maintenant je suis bien froid dans ce costume,

je te jure ma vie en valait la peine,

de vous avoir et de me battre par mon art car ça m’a fait une vie bien pleine.

 

On n’avait juste pas le droit de vous laisser un monde géré par le profit.

Il fallait juste qu’on s’batte pour que vous puissiez vivre tous ensemble une autre vie.


Et on l’a fait….

On a changé c’monde imparfait…

BOBO À PANAME Paroles et musique MONSIEUR K

J'suis un bobo à Paname, enfin je n'suis en fait qu'un Bo.

J'n'ai qu'la Bohème, pas la BM, j'n'ai même pas d'quoi m'payer un pot. 

Mais j'm'habille kool et j'picole quand on m'invite.

C'est assez rare car j'déboule comme un pape et toujours les mains vides. 

 

J'taxe des clopes, j'fais des blagues vaseuses, j'passe pour une cloche.

Technique ravageuse pour qu'tout l'monde veuille me finir à coup d'pioche. 

Mais moi j'm'en fous, j'vis dans mon mythe et ça m'excite.

J'essaie d'me faufiler partout et j'fais semblant d'croire tout c'que les mecs citent. 

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo.

T'es qu'un con et puis c'est tout.

 

Mais j'fais c'que j'peux, certes sans respect juste pour m'amuser un peu.

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo.

T'es qu'un con et puis c'est tout.

 

J'suis pas méchant, mais rusé juste un vicieux vexant messieurs.

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo.

T'es qu'un con et puis c'est tout.

 

Un con qui brille comme le bling-bling, dans mon slip c'est l’big-bang.

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo.

T'es qu'un con et puis c'est tout.

 

J'me la pète mais j'le peux car j'ai la pêche et j'pète les pieux. 

 

Quoiqu'il arrive, j'suis l'bobo de Paris l'moins laid.

T'aimes trop mon style et j'm'installe de Marseille à Calais.

D'mes idées ratées j'fais mes désidératas.

Si tu m'désires à ta table prépare toi à péter un câble. 

J'suis l'bobo d'Paris l'moins laid.

T'aimes trop mon style et j'm'installe de Marseille à Calais.

D'mes idées ratées j'fais mes désidératas.

Si tu m'désires à ta table prépare toi à péter un câble.

 

 

Barbe de trois jours oblige et Jeans de djeuns.

Moi j'ai pas d'gêne j'vise le passage au lit.

 

On n'trouve pas ça joli.

Ton colis .

Et dans ton Jeans de djeuns c'est ramolli.

 

Belle démonstration du mec décontracté.

Ma coupe en est l'illustration même si tout l'monde la croit ratée. 

 

Vivant de bohème comme Rimbaud ma vie en poème ça rend bien.

Tout c'que le Bo aime ça rend beau je sais Bo rime avec vaurien.

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo.

T'es qu'un con et puis c'est tout.

 

J'n'ai pas d'amis, 

tout l'monde me fuit comme une épidémie.

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo.

T'es qu'un con et puis c'est tout.

 

J'n'ai plus d'famille, ça m'évite les cadeaux, ça m'fait faire des économies. 

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo.

T'es qu'un con et puis c'est tout.

 

J'n'ai même pas d'chien, faudrait qu'j'm'en occupe et c'est chiant.

 

T'es pas un Bobo, ni qu'un Bo. 

T'es qu'un con et puis c'est tout. 

 

Je suis pédant, hautain, lointain J'suis un vrai bobo Parisien 

 

Quoiqu'il arrive, j'suis l'bobo de Paris l'moins laid.

T'aimes trop mon style et j'm'installe de Marseille à Calais.

D'mes idées ratées j'fais mes désidératas.

Si tu m'désires à ta table prépare toi à péter un câble. 

J'suis l'bobo d'Paris l'moins laid.

T'aimes trop mon style et j'm'installe de Marseille à Calais.

D'mes idées ratées j'fais mes désidératas.

 

Si tu m'désires à ta table prépare toi à péter un câble.

 

Je sais, j'suis trop méchant et j'suis chiant.

J'me mettrai à genoux et j'arrêterai d'vous gêner.

J'veux seulement que vous m'aimiez.

Comme vous aimez vot' mémé... 

 

Allez, j'arrête les blagues.

Tu as cru qu'on était sur un blog où ça chiale.

J'suis pas mémé mais bobo.

Les tralalas j'pleure c'est trop beauf.

J'm'aime tout seul.

J'suis trop beau.

Sous les stroboscopes j'suis au top et je stoppe les ragots.

À Paname, y'a pas d'âmes qui m'égalent.

Mégalomane et maniaque les gars ,les man qui testent ma niaque j'les épuise, j'men régale. 

Pourquoi tu rigoles?

Tu dis qu'je n'suis qu'un homme frivole. 

 


Quoiqu'il arrive, j'suis l'bobo de Paris l'moins laid.

T'aimes trop mon style et j'm'installe de Marseille à Calais.

D'mes idées ratées j'fais mes désidératas.

 

Si tu m'désires à ta table prépare toi à péter un câble. 

J'suis l'bobo d'Paris l'moins laid.

T'aimes trop mon style et j'm'installe de Marseille à Calais.

D'mes idées ratées j'fais mes désidératas.

 

Si tu m'désires à ta table prépare toi à péter un câble.


COEUR CLEAN Paroles et musique MONSIEUR K

 

Qu’importe les ratures du passé,

l’histoire est belle et par nature, j’ai toujours dépassé

le superflu des amours superflous

où tu restes collé super fort comme à de la superglue.

 

C’est toujours dur à avaler

de penser qu’on a tout perdu.

Mais d’un côté la vie n’est pas faite pour tout garder

alors ce soir je vis, j'sors en boite pour moi c’est chose ardue. 

 

J’ai le Coeur Clean, vague à l’âme au quotidien.

Docteur Jekyll et Mister Spleen sont complices,

me font du mal, me font du bien

mais jamais ils ne s’éclipsent. 

 

Style dandy sur la piste de danse.

Vapeurs de Jack quand je te murmure

toutes ces jolies sales choses que je pense

en sentant tes seins moelleux sur mon corps dur.

 

Pas encore d’accords sur les heures à venir

mais tes yeux signent le pacte d’un mouvement de cils. 

Coeurs tendres à jamais décharnés

cherchent âme perdue recherche même âme soeur à charmer.

 

J’ai trop tisé, je suis bien mal en point.

Oh punaise ! J’ai trop abusé sur la tise.

Faudrait qu’j’me taise mais au lieu je dramatise. 

Je vais tout faire capoter

#balancetonporcquipapotait

Il faut que j'reprenne mon style du dandy culoté. 

 

Alors j’danse sur le beat façon Carlton.

Si elle me bouffe des yeux façon cartoon, c’est qu’ça cartonne.

J'titube comme un bébé mais un bébé imbibé

certains habitués disent même que j’parais habité. 

 

J'décide de la guider et de partir en tango

mais tanguer ça rend beaucoup moins bien qu’un fandango.

Arrêtons de divaguer, rejoignons la vago

J’ai trop dansé et j'sens venir le lumbago 

 

Alain Ba… quoi?

Alain Bashung ? Non.. Alain Baguot ?

 

 

 

J’ai le Coeur Clean, vague à l’âme au quotidien.

Docteur Jekyll et Mister Spleen sont complices,

me font du mal, me font du bien

mais jamais ils ne s’éclipsent. 

 

Style dandy sur la piste de danse.

Vapeurs de Jack quand je te murmure

toutes ces jolies sales choses que je pense

en sentant tes seins moelleux sur mon corps dur. 

 

Pas encore d’accords sur les heures à venir

mais tes yeux signent le pacte d’un mouvement de cils. 

 

Coeurs tendres à jamais décharnés

cherchent âme perdue recherche même âme soeur à charmer.

 

J’aurai pu finir tout ça en catimini.

Mais Monsieur K minot était déjà survitaminé.

Tout dépend d'la vie que t’as mené

et de savoir lâcher les souvenirs qui t’ont miné.

 

Mais ce soir j'suis au top question performance dans la bourrette.

Après j'pratique en connaisseur le syndrome Gilles de la Tourette.

Pour moi l'Jack c’est sans glaçons.

Mélange avec coca sans façon garçon.

 

Tous ces excès c’est pas la mer à boire.

Je noie ma solitude dans cette folle histoire.

L’alcool c'est assez rare pour moi,

tout comme les coups d’un soir.

 

Demain j'vais l'payer cher, Coeur Clean mais corps plié.

Après la crise de foie j'dirai encore une fois

que c'est la dernière fois et j'vais encore m'en supplier

et ce jusqu'à la prochaine fois.

 


PRÉLUDE À L'ÔDE Paroles et musique MONSIEUR K

Ma vie sans fête n’est pas une vie sans fautes.

En fait, j’m’isole.

Mon art m’étreint, mon âme m’étouffe

mais j’ai choisi ce train d’enfer.

 

Denfert Rochereau, Paris.

Parait qu’c’est mon destin d’être un vrai héros romantique.

C’est pas moi qui l’ai dit, j’suis un héros en toc,

j‘suis pas un Kennedy.

 

Si les oiseaux s’cachent pour mourir,

Moi j’me cache pour pleurer.

J’ai des histoires d’amour maudites

et des histoires de morts au bide.

 

J’porte pas toute la misère du monde c’est vrai

mais juste la mienne m’effraie.

Y a pas d’organigramme dans la misère humaine.

Juste des coeurs lourds, rongés, usés par des larmes acides.

 

Mon restant d’air c’est pour écrire un standard

et pour mes mômes, ça j’ai pas l’choix.

Le tic-tac vers le néant s’amplifie,

alors j’évite les phrases savantes et j’simplifie.

 

Faisant fi des avis fielleux,

comme des faux amis mielleux,

j’m’entoure du vide laissé par mes amours avides

En excluant jamais de ravoir l’envie de…

De ravoir l’envie de…..

 

Deux coeurs jumeaux qui s’éteignent plus un autre, je n’ai pas oublié.

Faut que j’évacue ma peine avant que j’m’éteigne.

Y a pas qu’les mères qui pleurent et qui saignent.

On reste digne jusqu’à ce que quelqu’un se renseigne.

 

Et si c’est pathétique que j’dégaine les Kleenex

alors que résiste mon doux coeur de Pirex.

À tous les feux amers, jaloux et Odieux,

j’ai toujours ma grande gueule, face aux hommes et face aux Dieux.

 

C’est pour toutes les mères et tous les darons seuls.

Pour les âmes tristes.

Tourbillon d’âmes bouillonnantes.

Sordide carrousel.

Pour les coeurs tendres, les maudits romantiques,

Qu’ils soient bi, qu’ils soient gays, qu’ils soient flics.    

 

Tic-tac compte à rebours enclenché.

Que reste t’il de ces années d’amour lassées ?

Des coeurs vides, des coeurs sad écorchés.

Des âmes seules qui s’abîment en secret.

 

Il faudrait qu’on sourit et qu’on soit enjoué.

Dire «Tout va bien » pour que l’autre aille bien et ne pas en jouer.

Qu’est ce que c’est con !

 

On se ment, il s’en fiche, elle s’en fout.

T’y crois quand j’te dis qu’ils s’aimaient comme des fous.

 

Mais malgré tout il faut aimer c’est c’qui nous rend vivant.

Et malgré les tempêtes c’est c’qui m’a rendu grand.

Monsieur K et p’tit Kif devant l’éternel,

Par le biais de quelques notes et quelques ritournelles.

 

Cette chanson égo-centrée qui parle de moi, elle parle de vous.

De toutes ces peines silencieuses qui marchent, courent, flânent autour de nous.

Regardez les gens au fond des yeux.

Vous y verrez leur âme, leurs rires, leurs larmes,

Vous les verrez « EUX ».

Alors souvent l’instinct d’survie prend l’dessus.

Le coeur se ferme car plus la force d’être déçu.

 

Malgré tout ça ma vie est une merveille.

Ce qui m’fait rire, pleurer, m’rend vivant, donc j’ai une vie pleine.

Être heureux m’aurait rendu lymphatique, qui sait ?

Aujourd’hui tu m’écoutes  et tu te d’mandes « qui c’est ? ».

MONSIEUR K 

HÉROS,

NÉO,

ROMANTIQUE,

MODERNE.

Je suis la suite, la synthèse.

Mais chut, l’avenir me chuchote qu’il faut qu’j’me taise.  

 

C’est pour toutes les mères et tous les darons seuls.

Pour les âmes tristes.

Tourbillon d’âmes bouillonnantes.

Sordide carrousel.

Pour les coeurs tendres, les maudits romantiques,

Qu’ils soient bi, qu’ils soient gays, qu’ils soient flics.    

 

Tic-tac compte à rebours enclenché.

Que reste t’il de ces années d’amour lassées ?

Des coeurs vides, des coeurs sad écorchés.

Des âmes seules qui s’abîment en secret.

 

Il faudrait qu’on sourit et qu’on soit enjoué.

Dire «Tout va bien » pour que l’autre aille bien et ne pas en jouer.

Qu’est ce que c’est con !

 

On se ment, il s’en fiche, elle s’en fout.

T’y crois quand j’te dis qu’ils s’aimaient comme des fous.

 

Mais malgré tout il faut aimer c’est c’qui nous rend vivant.

Et malgré les tempêtes c’est c’qui m’a rendu grand.

Monsieur K et p’tit Kif devant l’éternel,

Par le biais de quelques notes et quelques ritournelles.


LES PETITS ANGES paroles et musique MONSIEUR K

 

Quand j'étais môme on m'a appris à tenir la porte aux vieux,

à dire bonjour, merci et surtout à ne pas être envieux.

À ne pas être méchant ni impoli,

à ne pas fuir les gens ni être gênant comme un polype.

On m'a dit : «être adulte c'est être responsable».

Et j'y ai cru en pensant que les grand ne donnaient que des réponses fiables.

Mais j'ai grandi, j'ai vu, j'ai entendu, j'ai attendu,

quemon éducation trouve sa place mais ce monde d'adulte est trop tendu.

 

Bon chrétien on nous dit prends une tarte et tends l'autre joue,

quand t'es môme tu écoutes et tu te prends au jeux.

Mais les adultes sont sadiques et cruels.

C'est pas les enfants qui viols et qui laissent des p'tits corps morts dans une ruelle.

 

Trop d'pédophiles en liesse,

qui payent leurs crimes en liasse.

On en fait même des reportages qu'on mate à la télé devant son potage.

On préfère la légèreté et s'esclaffer devant Cauet et son humour potache.

 

REFRAIN

Si l'monde va mal sa pas s'arranger,

aucune vie ne vaut moins qu'une autre et on ne peut pas ranger dans un tiroir la vie de ces petits anges,

en a t'on bien compris tous les enjeux,

à moins que ça n'te dérange.

 

tu parles dans l'vent c'est pas nos enfants

je sais, ça je le sais....mais....

BIS

 

Enfance bradée.

Vacances sexuelles.

Adultes crades et violence gestuelle.

Enfants armés d'autres camés dans les ruelles.

Petits corps souillés.

Petits anges à qui on a brûlé les ailes.

 

Liberté, égalité, fraternité.

Et des petites mains qu'on aime pour leur agilité.

ça me donne envie de vomir mais qu'est ce que j'y peux.

À part leur dédier quelques mots je me sens si impuissant et mes voeux pieux.

 

J'veux pas grandir, j'veux pas être un adulte, j'reste un môme un esprit vif et j'catapulte

tous mes désirs et tous mes rêves dans l'espoir qu'un jour la cruauté s'ra en grève.

Même si pendant s'temps là dans tous les coins du monde des p'tites âmes crèvent.

 

Et tu vas me dire que je suis utopiste mais j't'emmerde.

Mr K n'est pas dieu et ne contrôle pas le système.

Comme Don Quichote je frappe dans l'vent.

Et je ne m'endors jamais en ne pensant qu'à mon enfant.

Je ne baisse jamais les bras.

Je ne verrai pas ce monde où les enfants pourront grandir sans souffrir à cause des grands et d'leur empire.

Et d'ailleurs quel empire ?

Les coeurs saignent, la crise s'empire et les suceurs se multiplient comme des vampires.

REFRAIN


INSTA MONSIEUR K

@c_monsieurk

photo de couverture : Arnaud MENAGE

www.ampicture.com